You are here

Diffusion de les programmes francophones de PMA2020 (BF, NE, RDC)

De nouvelles données sur la planification familiale du projet Performance Monitoring and Accountability 2020 (PMA2020) sont disponibles pour trois pays d’Afrique francophone : le Burkina Faso, le Niger et la République Démocratique du Congo (les provinces de Kinshasa et Kongo Central).
 

Burkina Faso

Organisé à Ouagadougou le 21 juillet dernier, l’atelier de dissémination des résultats de la vague 3 de collecte au Burkina Faso a rassemblé des représentants du Ministère de la Santé – dont le Dr. Ramatou Sawadago, nouvelle Directrice de la Santé de la Famille, la structure met en œuvre la politique  de planification familiale au Burkina Faso. C’est Dr Sawadogo qui a modéré les débats à la suite de la présentation des résultats, en présence – des organisations partenaires, des chercheurs et des démographes. 
 
L’enquête de cette année, PMA2016/Burkina Faso Vague 3, a trouvé une augmentation de la prévalence contraceptive de 4,1% (de 20,1% à 24,2%) chez les femmes mariées âgées de 15 à 49 ans depuis la dernière enquête menée (juin 2015).
 
Le Dr. Georges Guiella, Investigateur Principal de PMA2020/Burkina Faso, a expliqué que « ce progrès peut être attribué à l’augmentation de l’utilisation des méthodes à longue durée d’action, tels que l’implant et le dispositif intra-utérin (DIU), qui couvrent 21% de tous les besoins de contraception. »
 
L’enquête de 2016 a collecté pour la première fois des informations sur l’utilisation de Sayana Press. Les résultats montrent que ce nouveau dispositif d’auto-injection sous-cutanée de l’injectable traditionnel Depo-Provera est utilisé par 5,5% des femmes mariées utilisant des méthodes de contraception modernes au Burkina Faso, et se trouve en stock dans près de la moitié (46%) des 110 structures sanitaires publiques et 8% des 22 structures privées enquêtées. Ces chiffres sont assez importants, étant donné que Sayana Press était disponible dans seulement quatre régions pilotes au moment de la collecte des données de la vague 3.
 
Pour plus d’informations sur les résultats de l’enquête du Burkina Faso, consultez la nouvelle synthèse d’indicateurs, disponible en français et anglais.
 

Niger

Les partenaires de PMA2020 de l’Institut National de la Statistique (INS) ont présenté les nouveaux résultats du Niger (estimations nationales et sous-nationales pour Niamey) le 26 juillet dernier à Niamey. Cette rencontre a rassemblé des représentants du Ministère de la Santé Publique, dont la Directrice de Planification Familiale à la Direction de la Santé de la Mère et de l’Enfant (DSME), Pathfinder International, Population Sciences International, Track20 et le Coordonnateur de la Coalition de la Société Civile pour la Planification Familiale.
 
Les résultats montrent une hausse de la prévalence contraceptive de trois points de pourcentage (3%) entre 2012 et 2016 (de 13,9% à 16,9%) chez les femmes mariées à l’échelle nationale, et une augmentation de l’utilisation des méthodes de contraception modernes de 12,2% à 14,4%.
 
« Cette augmentation peut être attribuée en grande partie à la transition de la pilule à l’injectable et à des méthodes de longue durée tels que l’implant et le DIU, » a expliqué le co-Investigateur du projet PMA2020 au Niger, M. Sani Oumarou. L’utilisation des méthodes à longue durée d’action, notamment l’implant, a augmenté de 0,5% en 2012 à 2,4% en 2016.  
 
Consultez la synthèse des indicateurs de l’enquête PMA2016/Niger– disponible en anglais et français. Les résultats de la deuxième enquête sous-nationale de Niamey sont également disponibles : français, anglais.
 

RDC

Les trois premières vagues de la collecte de données PMA2020 en RDC ont eu lieu à Kinshasa entre 2013 et 2015. La vague la plus récente (la quatrième) a été menée à la fin 2015 à la fois à Kinshasa et dans la province du Kongo Central. Les résultats de ces enquêtes ont été présentés à Matadi, Kongo Central, le 27 juillet par les partenaires de PMA2020, l’École de Santé Publique et de Médecine Tropicale de l’Université de Tulane et l’École de Santé Publique de l’Université de Kinshasa. Cette rencontre a rassemblé des représentants du Ministère de la Santé provincial, la Fondation Bill & Melinda Gates, et des organisations partenaires.
 
Autant à Kinshasa qu’au Kongo Central, l’utilisation contraceptive a augmenté de manière constante entre les enquêtes récentes. Le taux de prévalence contraceptive moderne (TPCm) chez les femmes mariées à Kinshasa a augmenté continuellement, passant de 18,5% lors de la première vague de collecte des données PMA2020 en 2013 à 23,8% lors de la vague 4 en 2015. De manière similaire, le TPCm au Kongo Central a augmenté de 17,2% (EDS 2013-14) à 21,0% en 2015 (PMA2020).
 
Parmi les femmes mariées utilisant la contraception, plus de femmes choisissent des méthodes à longue durée d’action – un tiers des femmes mariées utilisant des méthodes modernes en 2015, en comparaison à près de 20% en 2014-15. Au Kongo Central, près de 13% des utilisatrices de méthodes de contraception moderne utilisent maintenant des méthodes à longue durée d’action, en comparaison à seulement 5% en 2013-14.
 
Pourquoi observons-nous ces tendances prometteuses ? Le Dr. Phil Anglewicz, Investigateur Principal de PMA2020/RDC explique qu’« à Kinshasa, le passage de méthodes de courte durée à celles ayant une longue durée d’action est dû en partie à la hausse de l’utilisation de l’implant, qui a augmenté de 8,5% des méthodes modernes (PMA2020 vague 1, 2013) à 28,4% (vague 4, 2016), et plus de 15% depuis la dernière EDS RDC. »
 
Le Dr. Win Brown de la Fondation Bill & Melinda Gates, qui supervise le financement PMA2020 et était présent à l’événement de dissémination de la RDC, a observé : « De fournir l’accès à un gamme plus élargie des méthodes, y compris les méthodes de longue durée d'action, aide à augmenter le choix et l'utilisation des methods contraceptives. Les données de PMA2020 peuvent guider les programmes à traduire ces connaissances en actions qui permettront de servir les femmes et les filles qui n’ont toujours pas accès aux services. »
 
Pour plus d’informations, veuillez télécharger les synthèses de PMA2015/Kinshasa (anglais, français); PMA2015/Kongo Central (anglais, français).
 
Saturday, July 30, 2016